FISHPROS: Portail du Secteur de la Pêche au Maroc
Bienvenue sur FishPros, premier forum marocain des professionnels du poisson.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre le site, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.
>
Mots-clés

Derniers sujets
» La criée au port de pèche a Casablanca
Mer 04 Juin 2014, 3:07 pm par mazax

» دعوة من آجل تحقيق منافسة شريقة
Mer 04 Juin 2014, 3:05 pm par mazax

» L'Agence nationale de l'aquaculture opérationnelle dès début 2011
Lun 24 Sep 2012, 7:45 am par withyou30

» investir en aquaculture
Jeu 23 Aoû 2012, 12:38 pm par benzekri

» Production !!?
Jeu 23 Aoû 2012, 12:33 pm par benzekri

» Association Tunisienne pour le Developpement de la pêche artisanale
Mar 26 Juin 2012, 4:44 am par tounsi

» ASSOCIATION MAGHRÉBINE DE DÉVELOPPEMENT ET DE PROMOTION DE L'AQUACULTURE
Jeu 21 Juin 2012, 8:57 am par AQUAPECHE

» Cage flottante
Mer 13 Juin 2012, 9:06 am par Marjane

» Mauritanie: Pressions européennes contre la présence chinoise
Jeu 07 Juin 2012, 5:47 pm par FMM

» Chercheurs: Articles Scientifiques
Dim 20 Mai 2012, 2:23 am par MOUOKEU Raymond Simplice

» un géant de l'aquaculture au Canada accusé de pollution
Mer 22 Fév 2012, 7:17 am par HASARAYA

» Les prix de la sardine s'envolent
Jeu 29 Déc 2011, 9:04 am par karzazi

» Maroc/UE: la FPM pas pressée de renouveler l'accord
Jeu 29 Déc 2011, 9:02 am par karzazi

» Crise de pêche Maroc-UE
Jeu 29 Déc 2011, 9:00 am par karzazi

» Texte de l'accord de pêche MAroc/UE de 2007
Jeu 29 Déc 2011, 8:52 am par karzazi

» Maroc/UE: l'accord dans l'impasse
Dim 25 Déc 2011, 3:08 pm par bredouille3x33

» Gardez votre Argent et laissez notre poisson tranquille : Lecture du vote contre l'accord de pêche
Sam 17 Déc 2011, 3:38 am par mazax

» Ouverture de la peche au poulpe a Dakhla
Lun 14 Nov 2011, 3:52 pm par karzazi

» World Bank: Opportunity ripe for aquaculture
Mar 08 Nov 2011, 5:25 pm par karzazi

» fao document: écolabels poissons pêche continentale
Ven 04 Nov 2011, 6:27 am par morad_L


Halieutis: réactions des professionnels

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Halieutis: réactions des professionnels

Message par karzazi le Mer 03 Fév 2010, 3:51 pm

A peine annoncé par le gouvernement, le plan de Aziz Akhannouch, censé
développer le secteur de la pêche, est déjà décrié par les professionnels de la mer. Explications.

Tripler le PIB de la pêche, la valeur des exportations des produits de la mer et le nombre d’emplois créés par le secteur. Voici ce que vise, à l’horizon 2020, le plan de développement des activités de la pêche, Halieutis de son petit nom. A première vue, cela aurait dû combler de joie les professionnels de la mer. A première vue seulement. Car dès la publication des grandes lignes de cette stratégie, armateurs et marins sont montés au créneau pour dénoncer ce qu’ils qualifient de “déclaration d’intentions, sans véritable stratégie déclinée en axes de développement concrets”. “Le gouvernement a eu près de deux ans pour élaborer ce plan, une période plus que suffisante pour mettre au point
les mesures à même d’aider le secteur à sortir la tête hors de l’eau”, explique Rachid Benkirane, président de la Fédération des pêches maritimes de la CGEM. Cet armateur hauturier résume : “La montagne a accouché d’une souris”.

Pêcheurs vs industriels
S’agit-il d’une tempête dans un verre d’eau ? Non, répondent les hommes de la mer, qui déplorent que Halieutis accorde une place prépondérante aux industries de la mer, au détriment de l’activité de “capture” proprement dite. “Ce n’est pas un plan pour la pêche mais une stratégie 100% industrielle”, s’indigne Hassan Talbi, président de l’Association des propriétaires de barques artisanales à Dakhla. Abderrahmane El Yazidi, secrétaire général du Syndicat des officiers et marins pêcheurs de haute mer, étaye : “Dans son allocution devant le roi, Aziz Akhannouch a mis en avant l’importance des usines de transformation des produits de la pêche et omis de valoriser ces milliers de personnes,
armateurs et marins, qui prennent la mer chaque jours et dépendent, pour leur survie, de ce qu’elle leur offre”. Alors, trop industriel,Halieutis ? Contacté par TelQuel, Aziz Akhannouch s’en défend. Pour le ministre de l’Agriculture et des Pêches, “la nouvelle stratégie ne promeut aucune activité au détriment de l’autre. La logique que défend Halieutis est une logique d’intégration qui met donc tous les acteurs de la filière sur le même pied d’égalité”. Pour illustrer ses propos, le ministre met en avant “un axe fondamental de la stratégie” : celui de la préservation de la ressource halieutique. “Tous les projets
présentés dans la rubrique “durabilité” sont liés d’abord aux activités de la pêche. Préserver la ressource par des plans d’aménagement touche directement l’activité de pêche”.
Rappelons tout de même que cette mesure n’est pas nouvelle, car il existe actuellement deux plans d’aménagement. Le premier, qui remonte à 2004, concerne le poulpe alors que le second, élaboré en 2007, se rapporte aux petits pélagiques, essentiellement la sardine. Halieutis entend donc généraliser cette vision à toutes les pêcheries. Mais là aussi, la mesure est loin de faire l’unanimité. “Le ministre préfère se concentrer sur les types de
pêcheries qui sont toujours en activité, soit le poulpe et la sardine, des espèces toujours disponibles dans les eaux marocaines. Il omet d’évoquer le cas de pêcheries, comme celle des crevettiers, menacées tout simplement de cesser leur activité faute de ressource”, commente Rachid Benkirane. En cinq ans, les captures de la crevette rose ont en effet chuté de moitié, passant de 8100 tonnes en 2004 à 3800 tonnes en 2008. “La situation est plus que critique. Si rien n’est fait à court terme, on risque de voir disparaître la crevette de nos plats”.

Les limites de l’ONP
Autre nouveauté promise par Halieutis : une extension des prérogatives de l’ONP (Office national des pêches). Erigé en “global operator”, cet Office, qui dirige déjà toutes les halles au poisson du royaume, gérera toutes les zones réservées à la pêche et au traitement des produits de la mer dans les ports : quais de débarquement, frigos de stockage…
Autant d’infrastructures qui sont appelées à être agrandies et
réaménagées. Pour le ministre RNI, cette mesure garantira une meilleure gestion du produit pêché. “L’ONP sera ainsi le seul interlocuteur des pêcheurs, ce qui promet plus d’efficacité et de fluidité dans le traitement des activités de la pêche dans les ports”, précise-t-il.
Insuffisant, jugent les professionnels. “Cet Office a déjà montré ses limites. Prenons le cas du poulpe, s’emporte le président de la
Fédération professionnelle des pêches maritimes, l’ONP est tout
simplement impuissant devant le trafic informel de ce produit dont des tonnes (clandestinement pêchées) transitent par les halles sans aucun contrôle”. Pour Abderrahmane El Yazidi, l’ONP n’apporte rien au secteur. “Pendant des années, l’activité de pêche dans les ports a été gérée par l’ex- ODEP, sans que cela ne freine le développement du secteur. L’entrée en scène de l’ONP n’a rien apporté de nouveau”, estime le syndicaliste.
De toute évidence, Halieutis risque de prendre l’eau. Aziz Akhannnouch en est conscient. Fin septembre, à l’occasion de la tenue du Conseil national de la pêche à Agadir, le ministre avait été sévèrement interpellé par les armateurs et les marins. Mais il s’est montré très conciliant : “Le plan n’est passacré.
Ses mesures peuvent être modifiées en concertation avec les
professionnels”. Amen.
________________________________
Zoom. L’argent, le nerf de la mer
Achaque publication d’une stratégie sectorielle de développement, une question reste en suspens : qui financera les différentes mesures et comment ? Réponse : le gouvernement a opté pour le partenariat entre le public et le secteur privé. Exemple de ce financement mixte, le Centre national de valorisation des produits de la mer sera un établissement public, mais certaines de ses actions, comme les études de marché ou l’expérimentation de nouvelles techniques de production, pourront être cofinancées par les industriels. Autre exemple, celui des haliopolis, zones d’activités entièrement dédiées aux produits de la mer. L’Etat se
chargera de la mobilisation du foncier et de l’aménagement de ces
zones, alors que les privés devront mettre la main à la poche pour
financer leurs investissements. En outre, Halieutis prévoit la création d’un Fonds pour l’ajustement et la modernisation de l’effort de pêche, mais on ignore encore l’origine des ressources de cette structure.


Telquel, N°393
avatar
karzazi

Messages : 219
Date d'inscription : 31/12/2008

http://fishpros.purforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Halieutis: réactions des professionnels

Message par THALASSA le Sam 05 Mar 2011, 1:52 pm

MERCI BEAUCOUP

THALASSA

Ville : CASABLANCA
Messages : 3
Date d'inscription : 05/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum