FISHPROS: Portail du Secteur de la Pêche au Maroc
Bienvenue sur FishPros, premier forum marocain des professionnels du poisson.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre le site, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.
>
Mots-clés

Derniers sujets
» La criée au port de pèche a Casablanca
Mer 04 Juin 2014, 3:07 pm par mazax

» دعوة من آجل تحقيق منافسة شريقة
Mer 04 Juin 2014, 3:05 pm par mazax

» L'Agence nationale de l'aquaculture opérationnelle dès début 2011
Lun 24 Sep 2012, 7:45 am par withyou30

» investir en aquaculture
Jeu 23 Aoû 2012, 12:38 pm par benzekri

» Production !!?
Jeu 23 Aoû 2012, 12:33 pm par benzekri

» Association Tunisienne pour le Developpement de la pêche artisanale
Mar 26 Juin 2012, 4:44 am par tounsi

» ASSOCIATION MAGHRÉBINE DE DÉVELOPPEMENT ET DE PROMOTION DE L'AQUACULTURE
Jeu 21 Juin 2012, 8:57 am par AQUAPECHE

» Cage flottante
Mer 13 Juin 2012, 9:06 am par Marjane

» Mauritanie: Pressions européennes contre la présence chinoise
Jeu 07 Juin 2012, 5:47 pm par FMM

» Chercheurs: Articles Scientifiques
Dim 20 Mai 2012, 2:23 am par MOUOKEU Raymond Simplice

» un géant de l'aquaculture au Canada accusé de pollution
Mer 22 Fév 2012, 7:17 am par HASARAYA

» Les prix de la sardine s'envolent
Jeu 29 Déc 2011, 9:04 am par karzazi

» Maroc/UE: la FPM pas pressée de renouveler l'accord
Jeu 29 Déc 2011, 9:02 am par karzazi

» Crise de pêche Maroc-UE
Jeu 29 Déc 2011, 9:00 am par karzazi

» Texte de l'accord de pêche MAroc/UE de 2007
Jeu 29 Déc 2011, 8:52 am par karzazi

» Maroc/UE: l'accord dans l'impasse
Dim 25 Déc 2011, 3:08 pm par bredouille3x33

» Gardez votre Argent et laissez notre poisson tranquille : Lecture du vote contre l'accord de pêche
Sam 17 Déc 2011, 3:38 am par mazax

» Ouverture de la peche au poulpe a Dakhla
Lun 14 Nov 2011, 3:52 pm par karzazi

» World Bank: Opportunity ripe for aquaculture
Mar 08 Nov 2011, 5:25 pm par karzazi

» fao document: écolabels poissons pêche continentale
Ven 04 Nov 2011, 6:27 am par morad_L


les damnés de la mer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

les damnés de la mer

Message par morad_L le Mer 03 Fév 2010, 2:37 pm

Prix Internationale du Documentaire et du Reportage Méditerranéen 2009
Catégorie ENJEUX MEDITERRANEENS: film documentaire de Jawad GHalib. un marocain!!!

TEL QUEL

Document. Dakhla, les damnés de la mer

(JAWAD GHALIB)

Après El Ejido tourné en Espagne, Jawad Rhalib pose son trépied à Dakhla pour
dénoncer, avec Les damnés de la mer, un excellent récit des injustices
sociales frappant les petits pêcheurs du sud.


Quelques jours avant l’Aïd El Kébir 2007. Le vent souffle sur la baie
de La Sarga, au sud de Dakhla, soulevant les rideaux piteux des
baraquements construits sur le sable. Depuis près de 5 mois, c’est
“l’arrêt biologique” du poulpe, assorti d’une restriction sur la
sardine.


Les
pêcheurs sont frustrés de ne pas pouvoir sortir en mer, et pour
beaucoup, honteux de ne pas pouvoir ramener de l’argent chez eux pour
l’Aïd. Abdelghani, l’épicier, est accoudé à son comptoir, face à un
pêcheur venu chercher une dosette de café soluble. Ils se parlent à
peine, tout doucement, comme les gens qui se connaissent depuis des
années. Le commerçant finit par lancer : “Et si tu sortais pêcher,
malgré l’interdiction ? ». Réponse : « J’ai peur de la prison. Je n’ai
personne pour me couvrir”. La tristesse, l’oisiveté forcée, le
dénuement, la colère contre la corruption, tout y est.
Là réside
la magie des Damnés de la mer du Belgo-marocain Jawad Rhalib. Il nous
raconte une histoire sans mots superflus, au plus près de la vie des
gens. Ni commentaire extérieur, ni regard vers la caméra gâchant
l’impression d’assister à des conversations privées saisies dans
l’intimité. L’illusion est par moments si parfaite qu’on croirait
volontiers que les caméras, oubliées dans un coin, ont miraculeusement
continué à capter les échanges des protagonistes, restés entre eux.

Les oreilles grandes ouvertes
Ainsi,
nous écoutons les pêcheurs évoquer les difficultés de leur quotidien,
autour d’un repas improvisé près de leurs barques. A la lumière des
bonbonnes de gaz, le spectateur partage leurs conversations intimes,
lors des longues soirées, quand le mal du pays et le désarroi les
prennent à la gorge. Cette empathie fonctionne même avec le capitaine
suédois d’un chalutier qui pêche des centaines de tonnes de poisson,
sous le nez des pêcheurs artisanaux marocains interdits de prendre la
mer. Endossant malgré lui le rôle du “méchant”, il parle de sa passion
de la pêche de manière si spontanée qu’on finit par le comprendre, lui
aussi. C’est la magie des images.
“Je prends le temps de
m’installer avec les gens, et surtout de les écouter. Dans un premier
temps je viens les voir sans la caméra, explique le réalisateur. Je ne
leur promets rien d’autre que de raconter leur histoire, de dénoncer
les injustices dont ils souffrent”. Alors, ces travailleurs que les
autorités ont cessé d’écouter depuis longtemps se livrent d’une façon
poignante. A travers l’enchaînement de ces séquences “brutes” tirées de
la vie des uns et des autres, le spectateur peut reconstituer les
enjeux sociaux et économiques de la région. Peu à peu se dessine une
choquante inégalité face aux ressources halieutiques.
Jawad Rhalib plante le décor dès les premières images du film. Des
pêcheurs d’Essaouira boivent le thé et se remémorent le bon vieux temps
où les sardines grouillaient à l’entrée du port. Une façon de rappeler
que les ressources marocaines en poisson s’épuisent depuis une
cinquantaine d’années, obligeant les pêcheurs (et les usines) à se
déplacer toujours plus vers le sud. Le plus grand port de pêche a été
successivement Casablanca, Safi, Essaouira, Agadir, Tan-Tan, Laâyoune…
Depuis 10 ans, les pêcheurs ont échoué encore plus au sud, à Dakhla.
Parmi eux, des hommes des régions intérieures, qui ignorent les
techniques de la pêche mais espèrent avoir leur part du nouvel “or
blanc” : le poulpe. Dans leur sillage, on trouve tous les petits
métiers liés à la pêche artisanale : porteurs de barque, transporteurs,
acheteurs… ainsi que quelques “mendiantes de poisson” qui dépendent
totalement des pêcheurs. Le réalisateur a choisi de s’attacher à l’une
d’elles, Ghislane. Cette femme exceptionnelle rêve de sortir en mer
pour gagner son pain comme les autres, et se heurte à la bêtise des
hommes des syndicats. Sa personnalité crève l’écran et devient vite un
fil directeur du documentaire. “Notre rencontre avec Ghislane s’est
faite par hasard, mais j’essaie toujours d’introduire la cause féminine
dans mes films”, précise Rhalib.

Pêche en eaux troubles
Au
moment où l’équipe de tournage débarque à La Sarga, les barques et les
pots noirs qui servent à pêcher les poulpes se sont accumulés sur la
côte. Du fait de “l’arrêt biologique”, les pêcheurs sont contraints au
chômage technique. Seuls ceux qui ont graissé la patte à un
“protecteur” peuvent sortir en mer sans crainte des contrôles. Les
autres ne se risquent qu’à des prises minimes, quelques calamars et
poissons...
Pas très loin du rivage, les deux chalutiers suédois
travaillent en tandem, selon une technique très efficace (rare au
Maroc) qui permet de tirer un plus grand filet. On les voit débarquer
une impressionnante avalanche de poissons, directement vers l’usine de
leur associé marocain, un notable très connu qui dispose d’une licence
de pêche “pélagique”. L’équipe de tournage a pu embarquer avec les
Suédois. Le jeune capitaine montre fièrement ses sonars dernier cri,
qui l’aident à engranger jusqu’à 400 tonnes par jour (pour chaque
bateau). “ça marche très bien, tout le monde est content”. Alors qu’en
Suède, “ la politique ruine la pêche”, il se plaît à Dakhla, où “il n’y
a pas de quotas”.
Pas de quotas au Maroc ? Bien sûr que si, mais en théorie seulement.
“Ce témoignage montre parfaitement que les contrôleurs ne font pas leur
travail, estime Abderrahman El Yazidi, secrétaire général du Syndicat
national des officiers et marins de la pêche hauturière. Normalement,
ce chalutier devrait être contrôlé, en mer par la Marine royale, et à
terre par l’Office national de la pêche (ONP)”. Selon le syndicaliste,
le bateau, autorisé à pêcher des espèces pélagiques (principalement la
sardine), commet une autre infraction: “A la faible profondeur où il
travaille, et vu la technique employée (avec des aspirateurs), ce type
de chalut ramasse tous les poissons de fond, ce qui nuit aux pêcheurs
artisanaux”. Les poulpes ne sont certainement pas épargnés. Comment
comprendre alors l’interdiction pesant sur les barques de pêche
artisanale ?
“L’administration dans la région est au mieux indifférente, au pire
corrompue, assène Hassan Talbi, président de l’Association des
propriétaires de barques artisanales à Dakhla. L’ONP ne contrôle ni les
quotas, ni le type de poissons pêchés, ni les moyens de capture de ces
chalutiers, qui gaspillent la ressource”. La situation a même empiré
depuis 2007, année où Jawad Rhalib a filmé les pêcheurs de Dakhla.
Selon Talbi, le nouveau plan du gouvernement, présenté fin septembre,
loin de corriger ces injustices, va les accentuer. “Les pêcheurs
artisanaux sont tout simplement laissés à l’écart des plans de
développement”, déclare El Yazidi.

Un pavé dans la mare
Avec
Les damnés de la mer, Jawad Rhalib espère alerter l’opinion, et surtout
“faire réagir le gouvernement sur le système de passe-droits qui régit
la pêche”. Quand ce réalisateur engagé fait un film, c’est toujours
dans l’idée de faire bouger les choses. Il l’a déjà fait en Europe avec
El Ejido, la loi du profit (2005), qui montrait l’exploitation des
travailleurs étrangers dans les serres espagnoles. Le film avait
provoqué un débat au sein des parlements espagnol et andalou et les
Suisses avaient entrepris de boycotter les produits issus de la région
d’Almeria.
Ce dernier film est certainement de la même trempe. Le
message, d’autant plus fort qu’il est simple et sans emphase, est porté
par une réalisation impeccable. Les magnifiques plans fixes, intercalés
entre deux tranches de vie, captent le silence inquiétant d’une zone
industrielle désertée par les conserveries à Essaouira, ou le temps qui
passe trop lentement dans les baraquements de La Sarga. Un poisson mort
sur la plage, des barques bleues abandonnées ou encore des bottes en
caoutchouc, devenues inutiles sur des piquets, soulignent le désarroi
des pêcheurs. On est touché par l’étrange beauté de ce bidonville de
plage du bout du monde, avec pour seuls bruits le vent et une radio à
piles qui grésille sur un air de gnawa. 70 minutes de révolte
tranquille et de poésie. A voir absolument.





Diffusion. Un doc en stock
Les
damnés de la mer a déjà provoqué une grande émotion en Suède. La cause
: les propos du capitaine d’un chalutier suédois, heureux de ses pêches
miraculeuses, se félicitant de l’absence de quotas au Maroc. Diffusé
fin 2008 en prime-time sur YLE (première chaîne finlandaise) et suivi
d’un débat, il a scandalisé les Finlandais qui sont victimes d’une
surexploitation similaire par les chalutiers suédois. Du côté de la
France, après TV5, le film a fait une excellente audience le 19
septembre sur Arte (coproducteur), porté par des critiques
enthousiastes. Le film a aussi été couronné par plusieurs prix de
festivals européens, et il est attendu dans plusieurs autres. Reste une
énigme du côté marocain : pourquoi 2M, coproducteur via Irène
Productions, n’a toujours pas programmé cet excellent documentaire ? Ce
retard est d’autant plus regrettable que Medi1Sat et Al Jazeera
attendent la diffusion par la chaîne de Aïn Sebaâ, avant de pouvoir le
programmer. Pour l’heure, le film sera projeté lors du festival FIDADOC
d’Agadir, entre le 10 et le 14 novembre, en présence du réalisateur. A
Tanger, le cinéma Rif est en discussion pour programmer le film
prochainement.
[/size]

morad_L

Ville : rabat
Messages : 15
Date d'inscription : 10/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum