FISHPROS: Portail du Secteur de la Pêche au Maroc
Bienvenue sur FishPros, premier forum marocain des professionnels du poisson.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre le site, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.
>
Mots-clés

Derniers sujets
» La criée au port de pèche a Casablanca
Mer 04 Juin 2014, 3:07 pm par mazax

» دعوة من آجل تحقيق منافسة شريقة
Mer 04 Juin 2014, 3:05 pm par mazax

» L'Agence nationale de l'aquaculture opérationnelle dès début 2011
Lun 24 Sep 2012, 7:45 am par withyou30

» investir en aquaculture
Jeu 23 Aoû 2012, 12:38 pm par benzekri

» Production !!?
Jeu 23 Aoû 2012, 12:33 pm par benzekri

» Association Tunisienne pour le Developpement de la pêche artisanale
Mar 26 Juin 2012, 4:44 am par tounsi

» ASSOCIATION MAGHRÉBINE DE DÉVELOPPEMENT ET DE PROMOTION DE L'AQUACULTURE
Jeu 21 Juin 2012, 8:57 am par AQUAPECHE

» Cage flottante
Mer 13 Juin 2012, 9:06 am par Marjane

» Mauritanie: Pressions européennes contre la présence chinoise
Jeu 07 Juin 2012, 5:47 pm par FMM

» Chercheurs: Articles Scientifiques
Dim 20 Mai 2012, 2:23 am par MOUOKEU Raymond Simplice

» un géant de l'aquaculture au Canada accusé de pollution
Mer 22 Fév 2012, 7:17 am par HASARAYA

» Les prix de la sardine s'envolent
Jeu 29 Déc 2011, 9:04 am par karzazi

» Maroc/UE: la FPM pas pressée de renouveler l'accord
Jeu 29 Déc 2011, 9:02 am par karzazi

» Crise de pêche Maroc-UE
Jeu 29 Déc 2011, 9:00 am par karzazi

» Texte de l'accord de pêche MAroc/UE de 2007
Jeu 29 Déc 2011, 8:52 am par karzazi

» Maroc/UE: l'accord dans l'impasse
Dim 25 Déc 2011, 3:08 pm par bredouille3x33

» Gardez votre Argent et laissez notre poisson tranquille : Lecture du vote contre l'accord de pêche
Sam 17 Déc 2011, 3:38 am par mazax

» Ouverture de la peche au poulpe a Dakhla
Lun 14 Nov 2011, 3:52 pm par karzazi

» World Bank: Opportunity ripe for aquaculture
Mar 08 Nov 2011, 5:25 pm par karzazi

» fao document: écolabels poissons pêche continentale
Ven 04 Nov 2011, 6:27 am par morad_L


Maroc: exportations situation actuelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maroc: exportations situation actuelle

Message par karzazi le Mar 19 Avr 2011, 5:31 am


Du fait de sa faible compétitivité, le secteur des pêches maritimes continue de s'enliser en eaux troubles. Une plongée en apnée d'autant plus remarquée qu'il faut dire que le potentiel export de l'activité a de plus en plus tendance à marquer le pas.

Au terme des deux premiers mois de l'année 2011, le tonnage débarqué au niveau de la pêche côtière et artisanale a avoisiné les 119.796 tonnes, soit un repli de 24,6% en glissement annuel. Dans ce sillage, les exportations des produits de la mer ont accusé un repli de 17,6% pour s'établir à 2 MMDH. Cette évolution s'explique en grande partie par le recul des exportations des crustacés, mollusques et coquillages, de celles des poissons en conserve et de celles des poissons frais de 54,5%, de 25,3% et de 6,5% en volume et de 19,1%, de 28,2% et de 14,6% en valeur.

Une faiblesse que l'on impute pour l'essentiel à la non-maîtrise de la gestion rationnelle de la ressource halieutique, l'irrégularité quantitative et qualitative de l'approvisionnement des unités de transformation. Outre la pratique de conditions d'hygiène non adaptées aux normes de qualité, le manque d'infrastructures de débarquement et de distribution ne permet toujours pas une valorisation optimale de la capture. Ce qui, au demeurant, aura fini par affecter la compétitivité des produits. De plus, la structure des exportations marocaines des produits de la mer est marquée par la prédominance d'un nombre limité d'espèces (poulpe, calmar, seiche, crevette, sardine et anchois), de gammes de produits (conserve et congelé) et une concentration sur deux principaux marchés traditionnels, à savoir l'Espagne et le Japon qui absorbent 83% de la valeur des exportations et 68% de leur volume.

À cela s'ajoutent les barrières à l'expansion des exportations des produits de la pêche des pays en développement, qui ne se situent plus au niveau des droits de douane, mais plutôt au niveau d'autres types de barrières progressivement érigées, dont la réglementation stricte en matière de qualité et de traçabilité. Pourtant, les opportunités de développement des exportations marocaines des produits de la pêche sont considérables, notamment dans le contexte actuel marqué par l'expansion remarquable de la demande mondiale des produits de la mer et la stagnation de la production mondiale des captures (hors aquaculture). La proximité des marchés demandeurs, particulièrement le marché de l'UE, premier importateur mondial de poissons et premier client du Maroc, est également un atout fondamental grâce aux économies importantes en termes de coût de transport.

En outre, la demande du consommateur européen en poissons converge favorablement vers des spécialités exigeantes en main-d'œuvre (notamment les plats cuisinés) où le Maroc détient un avantage certain, en raison de la disponibilité d'une main-d'œuvre bon marché.

D'un autre côté, la mondialisation des échanges ainsi que les accords de libre-échange conclus par le Maroc ouvrent de nouvelles perspectives aux produits marocains. De plus, les accords douaniers permettent aux produits marocains un accès privilégié à un marché d'un milliard de consommateurs, soit 57% des importations mondiales. Les atouts halieutiques dont dispose le Maroc lui permettent de réaliser une production annuelle de plus d'un million de tonnes et un chiffre d'affaires à l'export de près de 1,5 milliard de dollars en moyenne. Dans ce cadre, et plus récemment, un accord de libre-échange sur l'agriculture et la pêche a été signé (en juin 2010) entre le Maroc et l'UE pour les dix années à venir. Avec l'entrée en vigueur de cet accord, le Maroc devrait réaliser des bénéfices importants avec l'exemption de la totalité des produits de la pêche de taxes pour l'accès au marché européen. En outre, l'accord récemment renouvelé entre le Maroc et la Russie envisage la révision à la hausse du prix référentiel d'environ 45%, permettant ainsi une augmentation des recettes financières malgré la réduction du quota de pêche annuel autorisé d'environ 50%. Orienté essentiellement vers l'export, ce secteur assure près de 50% des exportations agro-alimentaires, 10% des exportations globales et représente environ 2,5% du PIB national.

Baisse de régime
Au terme des deux premiers mois de cette année, les captures des céphalopodes et des crustacés, dont les parts dans le volume total des débarquements ne dépassent pas 6,4% et 1,4%, ont enregistré un accroissement de 12,7% et de 154,5% respectivement par rapport à fin février 2010. Néanmoins, la valeur des captures de la pêche côtière et artisanale a affiché une appréciation de 22,5% en glissement annuel, sous l'effet principalement de la hausse de 82,2% de la valeur des débarquements des céphalopodes, en raison du renforcement des prix moyens de vente de poulpe, de seiche et de calmar de 72,9%, de 58,3% et de 39,4% respectivement. Cette hausse a été accompagnée d'une baisse de la valeur des débarquements des poissons pélagiques et du poisson blanc de 17,2% et de 1,4% respectivement.

lematin 19/4/2011
avatar
karzazi

Messages : 219
Date d'inscription : 31/12/2008

http://fishpros.purforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum