FISHPROS: Portail du Secteur de la Pêche au Maroc
Bienvenue sur FishPros, premier forum marocain des professionnels du poisson.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre le site, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.
>
Mots-clés

Derniers sujets
» La criée au port de pèche a Casablanca
Mer 04 Juin 2014, 3:07 pm par mazax

» دعوة من آجل تحقيق منافسة شريقة
Mer 04 Juin 2014, 3:05 pm par mazax

» L'Agence nationale de l'aquaculture opérationnelle dès début 2011
Lun 24 Sep 2012, 7:45 am par withyou30

» investir en aquaculture
Jeu 23 Aoû 2012, 12:38 pm par benzekri

» Production !!?
Jeu 23 Aoû 2012, 12:33 pm par benzekri

» Association Tunisienne pour le Developpement de la pêche artisanale
Mar 26 Juin 2012, 4:44 am par tounsi

» ASSOCIATION MAGHRÉBINE DE DÉVELOPPEMENT ET DE PROMOTION DE L'AQUACULTURE
Jeu 21 Juin 2012, 8:57 am par AQUAPECHE

» Cage flottante
Mer 13 Juin 2012, 9:06 am par Marjane

» Mauritanie: Pressions européennes contre la présence chinoise
Jeu 07 Juin 2012, 5:47 pm par FMM

» Chercheurs: Articles Scientifiques
Dim 20 Mai 2012, 2:23 am par MOUOKEU Raymond Simplice

» un géant de l'aquaculture au Canada accusé de pollution
Mer 22 Fév 2012, 7:17 am par HASARAYA

» Les prix de la sardine s'envolent
Jeu 29 Déc 2011, 9:04 am par karzazi

» Maroc/UE: la FPM pas pressée de renouveler l'accord
Jeu 29 Déc 2011, 9:02 am par karzazi

» Crise de pêche Maroc-UE
Jeu 29 Déc 2011, 9:00 am par karzazi

» Texte de l'accord de pêche MAroc/UE de 2007
Jeu 29 Déc 2011, 8:52 am par karzazi

» Maroc/UE: l'accord dans l'impasse
Dim 25 Déc 2011, 3:08 pm par bredouille3x33

» Gardez votre Argent et laissez notre poisson tranquille : Lecture du vote contre l'accord de pêche
Sam 17 Déc 2011, 3:38 am par mazax

» Ouverture de la peche au poulpe a Dakhla
Lun 14 Nov 2011, 3:52 pm par karzazi

» World Bank: Opportunity ripe for aquaculture
Mar 08 Nov 2011, 5:25 pm par karzazi

» fao document: écolabels poissons pêche continentale
Ven 04 Nov 2011, 6:27 am par morad_L


Le label MSC critiqué

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le label MSC critiqué

Message par pilchardus le Mer 08 Sep 2010, 9:03 am


Très présent dans les pays anglo-saxons mais aussi au Japon (et en pleine progression en France), le label MSC garantit une pêche durable et bien gérée. Il a toutefois été jugé trop laxiste par certains experts et par Greenpeace, qui redoutent que le MSC manque à son devoir de préservation des espèces marines

Pendant marin du Forest Stewardship Council (FSC), le Marine Stewardship Council (MSC) a été sévèrement tancé par le scientifique Daniel Pauly, reconnu comme étant l’un des plus grands experts mondiaux des ressources halieutiques.

Autant dire que son opinion compte, et que les vives réserves qu’il vient d’exprimer avec cinq collègues – parmi lesquels des membres de la Scripps Institution of Oceanography, qui jouit elle aussi d’une excellente cote – dans un long article à charge paru chez nos confrères de la revue Nature ont eu un retentissement certain.

D’après ses six détracteurs l’éco-label éponyme du MSC, organisation à but non-lucratif fondée en 1997 par le WWF et Unilever et devenue indépendante deux ans plus tard, n’est tout simplement pas à la hauteur des enjeux actuels sur la survie des espèces marines qu’il est supposé protéger. Accusé en substance de ne pas tenir ses promesses, ledit référentiel gagnerait de l’avis des auteurs du brûlot à être « radicalement réformé ».

Des pratiques à bannir

Bien qu’il ne s’agisse que de considérations personnelles synthétisées dans un seul article, autrement dit que ses rédacteurs n’ont pas préalablement procédé à de nouvelles investigations approfondies, deux des exemples qu’ils ont mentionné interpellent. Celui du colin d’Alaska, certes « la plus grande pêcherie certifiée MSC au monde », ainsi que l’a rappelé Le Monde, mais dont les stocks en mer de Bering ont chuté de 64 % entre 2004 et 2009. Celui du merlu du Pacifique aussi, dont la population a accusé une tragique diminution de 89 % depuis la fin des années 1980.

Plus largement M. Pauly (à l’origine favorable sur le principe à la création d’un éco-label certifiant une pêche durable et bien gérée) et consorts fustigent la passivité du MSC à l’égard de certaines pratiques jugées destructrices. Ainsi la pêche au krill – petite crevette utilisée comme aliment pour les poissons d’élevage mais qui à terme pourrait selon eux péricliter – en Antarctique et le chalutage de fond, susceptible d’endommager des coraux déjà menacés de toutes parts et pas épargnés par les coups du sort cette année. Les experts ont par ailleurs pointé le manque de connaissances sur la légine arctique, poisson qui pourrait toutefois bénéficier du label (NDLR : À la décharge du MSC, il suscite depuis les années 1990 un engouement commercial incontestable et qui est allé de pair avec un braconnage important).

Censé garantir aux consommateurs la pérennité des espèces commercialisées, celui-ci comporte trente et un indicateurs et est actuellement apposé sur 7 % des prises mondiales. En tenant compte des pêcheries en cours de certification le chiffre devrait bientôt atteindre 12 %. Son essor est donc fulgurant et s’explique en grande partie par la dégradation de la situation des écosystèmes marins et de certaines espèces en particulier (par exemple le thon rouge), qui a bénéficié ces dernières années d’une couverture médiatique sensiblement accrue.

« Les incitations du marché ont détourné le MSC de ses buts originels »

« Les incitations du marché ont détourné le MSC de ses buts originels, en encourageant la certification d’entreprises toujours plus grandes », analysent cependant les scientifiques, pour qui les petits pêcheurs, en particulier ceux des pays en développement (PED), ne sont pas en mesure de s’acquitter d’un processus trop onéreux pour ne pas favoriser les grandes entreprises [NDLR : Parmi elles Findus France, qui en avril dernier a officialisé son intention de devenir la première entreprise au monde à ne proposer que des poissons éco-labellisés à la vente ]. Et de plaider pour une extension aux navires des réglementations en vigueur et pour un recours à des techniques plus respectueuses de l’environnement marin.

Pour pertinents qu’ils paraissent, leurs arguments au demeurant partagés par certaines associations de protection de l’environnement (dont Greenpeace) ont été réfutés par le MSC. Pour sa défense l’organisme a rappelé l’« indépendance » du processus de certification, lequel est conduit par un organisme lui-même contrôlé par des tiers, de même que son ouverture à toutes les techniques de pêche et à toutes les entreprises quelle que soit leur taille.

Il a également évoqué le fait que 40 % des postulants échouent à obtenir le précieux sésame, ce qui à ses yeux démontre l’inflexibilité des critères d’obtention et achève d’écarter la suspicion de labellisations abusives, et des facteurs « extra-halieutiques » – climatiques notamment – qui pourraient expliquer les fluctuations voire la réduction constante des populations de certaines espèces aujourd’hui en danger d’extinction ou en passe de le devenir.

« Ce qui compte c’est d’adapter l’effort de pêche. Les entreprises labellisées ont l’obligation de suivre les préconisations des scientifiques », souligne Nicolas Guichoux, responsable Europe du label. Le directeur général du MSC Rupert Howes a été tout aussi catégorique : selon lui « aucun stock surexploité n’est labellisé ».

Dans le même temps l’organisme, sans doute soucieux de préserver sa crédibilité, a affirmé vouloir « prendre en compte » les remontrances et autres suggestions précitées. Étant donné la conjoncture se montrer toujours plus regardant ne peut il est vrai pas être une mauvaise chose.

_____
source: zegreenweb.com
avatar
pilchardus

Ville : AGADIR
Messages : 75
Date d'inscription : 10/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum